xtreee1.jpeg
Fabrication additive

XtreeE, la start-up qui fait forte impression dans la construction

par

Fabrication additive XtreeE, la start-up qui fait forte impression dans la construction

Une idée en béton ! Créée en décembre 2015 par des professionnels du BTP et des chercheurs, la société XtreeE révolutionne le secteur avec l’impression 3D. Explications avec Alain Guillen, directeur général et cofondateur.

Comment est né XtreeE ?

Alain Guillen : C’est au départ un projet universitaire, autour du CNAM, de l’INRIA et de l’ENSA Paris-Malaquais. Qui s’est transformé en entreprise fin 2015. Les cofondateurs d’XtreeE ont des formations très variées et des savoir-faire qui s’intègrent dans toute la chaîne de valeur de la construction : architectes, ingénieurs génie civil, docteurs en matériaux ou en robotique … Il y a un fort aspect collectif et multi-compétences. Et un esprit pionnier. Nous avons réalisé le premier mur imprimé en béton en France et en Europe, présenté à Batimat en novembre 2015.

 

« Nos partenariats jouent un grand rôle, qu’il s’agisse des Arts et Métiers, de l’Ecole des Ponts Paris-Tech. » Alain Guillen

 

Quelle est votre offre ?

A.G : Nous co-concevons avec nos clients des modèles numériques imprimables pour l’habitat, la voirie, le mobilier urbain …

Nous développons la technologie XtreeE, avec notamment une tête d’impression et l’automatisation de l’impression pour la construction grande dimension. Nous avons un « Fab-Lab » à Rungis et plusieurs projets d’unités d’impression en 2018 : à Dubaï et en Espagne.

Notre vocation est de créer la technologie pour construire de façon plus soutenable, ce qui intéresse tous les acteurs de la filière. Début 2017, nous avons ouvert le capital à de nouveaux actionnaires, dont Vinci Construction. Nos partenariats jouent un grand rôle, qu’il s’agisse des Arts et Métiers, de l’Ecole des Ponts Paris-Tech qui dispose d’une tête d’impression XtreeE dans son « Building Lab », ou du « CSTB Lab » (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) qui nous a incubés.

 

Quels sont les atouts de l’impression 3D ?

A.G : La 3D optimise les formes et la quantité de matière utilisée. L’objectif est de produire localement, d’utiliser des ressources de proximité, voire des déchets à valoriser : argile, boues de lavage des granulats, etc.  Et puis une construction classique, c’est long, les dépassements de délai sont monnaie courante. La 3D, dans le mouvement de la transformation numérique du secteur de la construction, accroît la productivité, améliore la sécurité et fait gagner beaucoup de temps avec les maquettes numériques et les parcours robots : il faut seulement 4 heures pour imprimer un poteau complexe de 4 mètres de haut.

 

Une technique qui cartonne, donc ?

A.G : Elle transforme les métiers et fait travailler autrement les professionnels. Il faut penser attractivité du secteur : un maçon va devenir pilote de fabrication de systèmes constructifs numériques. La numérisation sur toute la chaîne de valeur, de la conception à la réalisation en passant par l’organisation du chantier, accroît l’image et l’attractivité du secteur.

 

Pourquoi « Tree », l’arbre, alors que vous n’utilisez pas de bois ?

A.G : Parce que l’impression 3D permet toutes les formes possibles et que la nature, dans l’infinie diversité de ses expressions végétales et arboricoles, est la quintessence du génie des formes.

xtreee2.jpeg

xtreee2.jpeg, par AdminLetsGo

 

Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

Abonnez-vous à notre newsletter :
Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …