screen_shot_2019-04-24_at_2.15.13_pm.png
Avec 1 355 demandes de brevets publiées en 2018 (contre 1110 en 2017), le Le Groupe Valeo reste à la première place du Palmarès 2018 des déposants de brevets en France, réalisé par l'INPI.
Dépôt de brevets
par

Des indicateurs de l'innovation en région

Le palmarès annuel des déposants de brevets à l’INPI vient d’être révélé. L’édition 2018 compte deux nouveautés : la création de classements pour les catégories ETI et PME et les palmarès régionaux. Alors que l’Île-de-France concentre le CAC 40, cette nouvelle granularité permet de cartographier l’innovation au sein des territoires, plutôt panachée entre grands groupes, entreprises en croissance et organismes d’enseignement et de recherche publique.

Le classement des déposants de brevets par région publié par l’INPI en avril 2019 s’effectue sur la base d’adresses du déposant, et non de l’inventeur. Cette adresse traduit l’un des choix de politique de propriété industrielle des déposants, qui peuvent choisir de concentrer les dépôts sur une adresse - très généralement cele du siège social en région parisienne - ou de refléter les rôles des antennes régionales. Cette réalité administrative, qui peut mener à une sur-estimation ou une sous-estimation de la présence de technologies dans certains territoires, reste néanmoins un indicateur. En 2018, 7687, 1629 et 771 demandes de brevets proviennent respectivement d’Ile-de-France, d’Auvergne-Rhône-Alpes et d’Occitanie. Sans surprise, celles-ci restent fidèles à leur réputation de régions les plus innovantes de France. Le nouveau palmarès de l’INPI corrobore la présence de pôles d’excellence sur ces territoires : la mobilité pour l’Ile-de-France (Valéo, PSA… ), l’industrie du futur pour Rhône-Alpes-Auvergne (Somfy, Plastic Omnium… ) et l’aéronautique et une myriade de technologies connexes dans son sillon pour l’Occitanie (Airbus, Sigfox…).

 

Marquer l’excellence de savoir-faire spécifiques aux régions

Rendre visible des champions régionaux du dépôt de brevet est un enjeu de taille pour les régions et les associations territoriales. « Au-délà d’en faire un argument d’attractivité, le focus par région pointe les domaines technologiques saillants. Les régions peuvent s’en servir pour construire leur politique publique d’accompagnement », explique Anne-Laure Thomas Derepas, directrice du Lab INPI et de son Observatoire de la propriété intellectuelle, qui a réalisé ce palmarès. Celui-ci révèle ainsi que 25,1% des demandes de brevets dans le secteur de la chimie alimentaire en France proviennent des Hauts-de-France, 3e région agroalimentaire de l’Hexagone. 15 demandes ont ainsi été publiées par Roquette Frères et 3 par Cérélia.

 

La recherche publique au top  
 

« La recherche publique reste très concentrée en Ile-de-France. Mais à l’échelle régionale, et donc dans nos classements par région, sa diversité est mieux représentée. Dans le classement de la région PACA par exemple, on enregistre parmi les déposants jusqu’à 5 établissements de recherche liés à l’Etat. » Surprenant ? Anne-Laure Thomas Derepas nuance. « Au regard des volumes de dépenses en R&D, l’Île-de-France est en tête. Mais en termes de taux entre les dépenses de R&D publique et celles des entreprises, certaines régions présentent un engagement de l’Etat particulièrement sensible. On peut le constater en Auvergne-Rhône-Alpes par exemple. »
Les établissements d’enseignement supérieur et de recherche publique sont déjà très bien représentés, mais comment accroître leur présence dans les classements ? « Les régions doivent attirer les étudiants de niveau Master ou Doctorat pour favoriser encore le transfert de la recherche ».

 

En plus des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, qui ont souvent bénéficié de soutien à des projets différenciants via le programme investissements d’avenir, on voit aussi apparaître dans ces classements des structures d’une autre nature, tels que les ITE – instituts pour la transition énergétique - comme Supergrid Institute, leader du Top 10 des PME de ce palmarès,  les IRT – instituts de recherche technologique - comme b <>com ou Jules Vernes,   et les IHU – Institut Hospitalo-Universitaire - comme la Fondation Méditerranée Infection. Ces palmarès donnent un éclairage nouveau quant à l’impact des politiques publiques en matière de soutien à l’innovation.
 

 

L’innovation a besoin de proximité

L’observatoire de l’INPI sortira prochainement une étude dans laquelle seront distinguées l’adresse du déposant et l’adresse de l’inventeur pour une lecture affinée de la géographie de l’innovation en France. Ce besoin de précision, exprimé par les territoires, régions et départements, indique également une prise de conscience quant à la nécessité d’accompagner les inventeurs localement. « Dans chaque implantation régionale de l’INPI, les chargés d’affaires juristes et ingénieurs de l’INPI rencontrent les entreprises pour les sensibiliser et les accompagner sur leurs pratiques en matière de propriété industrielle, en prenant en compte leur propre contexte territorial. » L’INPI possède 14 antennes et une centaine de collaborateurs en région. 

 

linnovation_a_lechelle_regionale_1.jpg

linnovation_a_lechelle_regionale_1.jpg, par AdminLetsGo

 

Pour en savoir plus, cliquez ici

Article réalisé avec notre partenaire INPI


Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

 

Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …

Le respect de votre vie privée est notre priorité.

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic.
Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.