mc-crepuscule-entree-lb-746x464.jpg
Après plusieurs années de travaux, la maison de la culture de Seine-Saint-Denis va rouvrir ses portes au grand public ©inseinesaintdenis
Marketing territorial
par

Le 9-3 est dans la place

Déconstruire les clichés qui collent à la peau de la Seine-Saint-Denis, et démontrer que c’est sur ce territoire bouillonnant que se construit la France de demain : c’est toute l’ambition de la marque INSEINESAINTDENIS, créée en 2016 par son Conseil Général. Tour d’horizon de cette campagne de reconquête de l’opinion qui porte déjà ses fruits.

Le 21 décembre 2018, le cinéma le Studio d’Aubervilliers projetait en avant-première un film documentaire au nom évocateur : « Mon incroyable 93 ». Son réalisateur, Wael Shgaier, est parti plusieurs semaines caméra au poing pour sillonner le département où il a grandi et aller à la rencontre de ses habitants. Un circuit conçu comme un véritable voyage, « pour découvrir ce territoire sous un autre angle », explique dans son synopsis le Séquano-Dionysien, détenteur d’un master 2 en Tourisme, culture et territoire. « Un voyage pas très loin de Paris, pas très loin de chez vous (sauf si vous habitez le Minnesota) et pas très loin de chez [moi] », qu’il s’agit pourtant d’effectuer en touriste car la contrée regorge de curiosités insoupçonnées : des bergers et moutons de l’association Clinamen, à Saint-Denis, à l’insolite boulangerie anarchiste de Montreuil, en passant par les espaces d’Abraxas édifiés par l’architecte contemporain espagnol Ricardo Bofill, à Noisy-le-Grand, le film révèle un département créatif et vivant, riche de son patrimoine et de ses habitants, loin des clichés qu’on lui associe encore trop souvent.

 

Un département « In »

Voilà résumé tout l’esprit d’« INSEINESAINTDENIS », la marque lancée en 2016 par le Conseil Général du 93 pour « donner à voir la vitalité » d’un territoire injustement maltraité, « à travers toutes les initiatives positives et tous les marqueurs de sa réussite ».  

« Ne pas reconnaître l’énergie de la Seine-Saint-Denis est une erreur, assure Stéphane Troussel, président de la collectivité : de nouvelles entreprises y naissent et y arrivent tous les jours », tels les grands acteurs de la mode qui ont investi Pantin et Aubervilliers« les lieux culturels se multiplient » et « les événements se succèdent », à l’instar des jeux olympiques 2024 dont le village sera installé dans l’écoquartier de l’Île Saint-Denis, « les infrastructures et moyens de transports se développent » dans ce territoire pivot du Grand Paris et « les habitants viennent de partout ». Pour l’élu local, « ce métissage est une force. »

Sa jeunesse, et l’esprit d’innovation qui va avec, est un autre grand atout de ce département qui enregistre la moyenne d’âge la plus basse de France. La solidarité également : « ici – plus qu’ailleurs peut-être – les habitants y ont l’habitude de s’épauler face aux difficultés » constate Stéphane Troussel, pour qui c’est sur son territoire et nulle part ailleurs que se construit « la France de demain ».

Alexandre Giulluy, créateur de Mundo à Montreuil – « le premier centre français d’ ETIC , rassemblant une quarantaine d’associations et entrepreneurs sociaux » dans des espaces de bureaux et de commerces partagés dédiés aux acteurs du changement sociétal – et ambassadeur tout aussi engagé de la marque, ne dit pas autre chose : parce « que les grands changements se font dans l’adversité et non dans le confort, par le jeunes et non par les vieux, par des populations venant de partout et s’enrichissant de leurs passés, je suis convaincu que la Seine-Saint-Denis est le territoire des grands changements » à venir. À son échelle, l’ancien directeur d’Ateliers sans Frontières, une association d’insertion professionnelle, travaille à développer une solution de traitement des déchets organiques en circuit-court pour faire « des déchets une richesse » dans cette ancienne terre vivrière qui jadis alimentait Paris. Un projet de plus, à côté de la Cité maraîchère de Romainville et des fabrications artisanales locales (café, bière, miel, confiture…) vendues sous le label « Les pépites du 93 », qui confirme le 9-3 comme un territoire vitrine pour le développement de l’agriculture urbaine.

 

La Seine-Saint-Denis, laboratoire de la métropole de demain ?

Nombreu.x.ses sont également les artistes et créateurs à porter hauts les couleurs de leur département, bastion de la culture urbaine. Il y a Olivia Pierre, danseuse hip-hop qui parcourt les battles internationaux, Zozita, le « talent-aiguille » de l’Open Mode Festival, spécialiste du tatouage à la main, ou encore Anna, fondatrice de l’association « Son of sneakers », qui réunit des passionnés de « culture de la basket » et collabore avec des street-artists pour custumiser les sneakers en œuvres d’art. « La Seine-Saint-Denis, c’est le département le plus créatif de France, témoigne la jeune Pierrefittoise ; c’est pour cela que je m’y sens bien. Tout y est possible en matière de création et de culture… »

Lauréate en décembre du prix « Femme créatrice In Seine-Saint-Denis », dans le cadre des Trophées de l’espoir de l’économie décernés par la Chambre de Commerce et d’Industrie du 93, Sarah Ouattara a fondé quant à elle la conciergerie d’entreprises Samara, qui propose des ateliers de bien-être pour les salariés, l’organisation d’événements professionnels ou encore une sélection de fournisseurs locaux capables de répondre aux besoins des entreprises. Cette palette de services, qui séduit « de plus en plus de grands comptes qui nous font confiance comme la Société Générale, Vinci ou Icade », permet à la startup « d’élargir un peu plus le réseau des talents locaux pour réaliser [ses] prestations qu’ils soient artisans, commerçants, structures d’insertion. »

Car tel est bien in fine l’objectif de la marque INSEINESAINTDENIS : mettre en réseau ses différents ambassadeurs, leurs expertises et leurs pratiques, pour agir comme un accélérateur du dynamisme local – et décoller durablement du territoire son étiquette de ghetto urbain.

« Ce département, je le vois bouger concrètement, moi qui suis installée juste en face du Campus Condorcet à la Plaine-Saint-Denis, je le vois même pousser, observe Sarah Ouattara. S’il y a encore beaucoup d’entreprises qui viennent s’installer en Seine-Saint-Denis pour des raisons foncières, elles s’inscrivent ensuite dans la dynamique [du territoire]. Evidemment, l’emploi devrait profiter plus largement aux populations locales et on est encore loin du compte, même si ça avance. Mais, on est là aussi pour pousser dans le bon sens… »

 

En savoir plus ici.

 


Résumé de l’article

« INSEINESAINTDENIS », c’est une marque inventée en 2016 par le Conseil Général du 93 pour donner à voir la vitalité d’un territoire injustement maltraité, à travers toutes les initiatives positives et tous les marqueurs de sa réussite. Élus, artisans, agriculteurs, créateurs d’entreprises de services, acteurs de l’économie sociale et solidaire, cinéastes, danseurs, street-artists… À travers un réseau d’ambassadeurs corps et âme investis, le département entend gagner  la bataille de l’attractivité.


C'est parti pour la 2ème édition ! Participez à la 2nde édition des Trophées #LetsgoFrance ici.

Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …

Le respect de votre vie privée est notre priorité.

Nos partenaires et nous-mêmes utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic.
Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.