lannee_derniere_lamericain_fedex_a_investi_200_millions_deuros_sur_son_site_de_roissy-charles-de-gaulle_ce_qui_a_permis_de_creer_200_emplois.jpg
L’année dernière, l'Américain FedEx a investi 200 millions d’euros sur son site de Roissy-Charles-de-Gaulle ce qui a permis de créer 200 emplois
Attractivité

Les investisseurs étrangers plébiscitent la France

par

AttractivitéLes investisseurs étrangers plébiscitent la France

En 2016, les décisions, de la part d'étrangers, d'investir dans l'Hexagone ont augmenté de 16% par rapport à 2015. Aujourd'hui, près d'un quart des salariés français travaillent pour des entreprises étrangères.

La France a des atouts, et ils ne passent pas inaperçus auprès des investisseurs étrangers. En effet, 2016 a été, selon le bilan établi par Business France, la meilleure année depuis 10 ans. Pas moins de 1 117 décisions d'investissements (soit plus de 21 en moyenne par semaine !) ont été prises l'an dernier, une hausse de 16% par rapport à l'année précédente. Et ce ne sont pas les Etats-Unis qui, comme de coutume, arrivent en tête, mais l'Allemagne, pour la première fois (avec une augmentation de 35 % du nombre de projets), tandis que les investissements venant d'Italie, qui placent ce pays à la troisième place, ont augmenté de 68%.

1117

C'est le nombre de décisions d'investissements étrangers en France en 2016

Vers une réindustrialisation de la France

Un quart des investissements accueillis touche l’industrie, contribuant ainsi à la création ou au maintien de 37% des emplois dans ce secteur. Parmi les atouts de la France : le coût de la main d’œuvre dans l’industrie manufacturière, devenu plus attrayant depuis le lancement du crédit d’impôt compétitivité emploi.

25 %

C'est le taux des investissements étrangers dans l'industrie française

C'est, selon Muriel Pénicaud, ancienne directrice générale de Business France, devenue ministre du Travail du nouveau gouvernement, un élément clé, notamment aux yeux des industriels allemands. Venu d’outre-Rhin, le groupe Lürssen œuvre par exemple à la réparation de bateaux à la Ciotat (Bouches-du-Rhône). De même, les projets dans la recherche et le développement ont fortement augmenté, grâce, là aussi, à un autre atout, la qualité des chercheurs et des ingénieurs français. Ces projets représentent, avec l’ingénierie, 10 % des investissements étrangers et 28 % des dépenses totales de R&D sur l'ensemble du territoire.

Toutes ces implantations, ces extensions de sites ou ces reprises d’activité ont permis de créer ou de sauvegarder 30 108 emplois. Au total, les entreprises étrangères emploient aujourd'hui 21 % des salariés français. Elles assurent également 30 % des exportations.

21 %

C'est la part des salariés français employés par des entreprises étrangères

 

Aspen Pharmacare, FedEx, Inesa Europe et Fujitsu choisissent la France


Si l’Île-de-France arrive en tête pour l'accueil d'investisseurs étrangers, elle est suivie par l’Auvergne-Rhône-Alpes et l’Occitanie. Signe que, grâce à leur dynamisme, les régions savent elles aussi séduire. Ainsi, l'entreprise pharmaceutique sud-africaine Aspen Pharmacare s'est dotée d'un centre d’excellence pour la thrombose, sur son site près de Rouen.

200

C'est, en millions d'euros, la somme investie par l'américain FedEx sur le site de Roissy-Charles-de-Gaulle

L'année 2016 a également vu le renforcement de l'Américain FedEx, leader du fret aérien, sur son site de Roissy-Charles-de-Gaulle : 200 millions d’euros investis pour doubler ses capacités - et créer 200 emplois. De même, le Chinois Inesa Europe, spécialiste des ampoules Led, a déboursé 100 millions d'euros pour ouvrir une usine et créer et 200 emplois dans la Meuse. Et ce n'est pas fini, puisque le japonais Fujitsu vient d'annoncer l'implantation d'un centre d'excellence sur l'intelligence artificielle à Saclay.

Chargement …