Modi Macron
Paris, France, 3 juin 2017 - Le Président Français Emmanuel Macron accueille le Premier Ministre Indien Narendra Modi pour une réunion de travail. Frédéric Legrand, COMEO - Shutterstock
Relations internationales

France-Inde : l'alliance rayonnante

par

Relations internationalesFrance-Inde : l'alliance rayonnante

Emmanuel Macron effectue une visite officielle en Inde jusqu'au 12 mars. A l'agenda, notamment, les engagements bilatéraux pris lors du One Planet Summit sur le développement de l'énergie solaire. Sophie Clavelier, directrice du bureau Business France pour l'Asie du sud basée à New Delhi, explique les enjeux de cette visite.

Comment est organisée la coopération franco-indienne ?
Sophie Clavelier : il faut avant tout insister sur la nature de cette coopération. Elle se décline dans de nombreux secteurs à la fois sur le plan institutionnel, culturel et économique, et c’est un atout non négligeable dans un pays complexe : 33 états, plus d’une vingtaine de langues, une économie émergente et la 2e plus grande population au monde derrière la Chine. Du côté tricolore (volet entreprises), nous – c’est à dire l’Agence française de développement, le Service Economique de l’Ambassade et Business France que je représente – coordonnons nos actions. Nous bénéficions du soutien, depuis Paris, de la communication de Business France.
Cette organisation nous permet de nous positionner sur trois programmes de premier plan que mène actuellement l’Inde, Make in India, 100 Smart Cities National Mission et l’initiative franco-indienne baptisée l’Alliance solaire. Emmanuel Macron se déplace pour la tenue du sommet fondateur de cette alliance, le 11 mars.
En arrière-plan, nos deux pays poursuivent leur collaboration autour de groupes de travail, l’un sur le transport et le développement urbain depuis octobre 2012, l’autre sur la smart city, qui réunit 71 entreprises françaises.

 

« Le marché indien est complexe, mais nous avons les clés pour faire réussir nos entreprises françaises. » Sophie Clavelier

 

Comment les entreprises françaises sont-elles embarquées dans ces vastes plans nationaux indiens ?
S.C. : Notre ligne directrice est d’être partenaire des ambitions indiennes en leur apportant des solutions technologiques françaises à valeur ajoutée. Make in India vise à accroître la performance du parc industriel du pays, une opportunité pour la France et ses pépites en smart manufacturing. Idem pour Smart Cities National Mission. En effet, le gouvernement indien a lancé un programme ambitieux de développement urbain : les 100 Smart Cities. Plusieurs pays se sont positionnés et les 3 villes accompagnées par la France sont Chandigarh, Nagpur et Pondichéry. L’Alliance solaire, qui résulte du One Planet Summit en décembre dernier à Paris, ouvre une nouvelle page de collaboration. Nous apportons nos connaissances sur les cellules photovoltaïques, l’opérationnel et la maintenance prédictive, la gestion intelligente de centrales solaires etc. Business France pousse l’offre française sur ces problématiques de conception et de R&D, à fort enjeu technologique.

 

Energies solaires, Smart city, Smart manufacturing… quels sont les autres secteurs que les entreprises françaises peuvent viser ?
S.C : Il y a la domotique par exemple. Le Bureau of Energy Efficiency indien a émis un chiffre très parlant : avec une gestion plus efficiente des bâtiments existants, on pourrait réaliser près de 40% d’économie d’énergie sur ces bâtiments. Un pourcentage sans appel qui fait aujourd’hui le succès en Inde de Français comme Enia-Architectes, des équipementiers comme Legrand et Schneider Electric.
Les compétences de nos sociétés d’ingénierie sont également recherchées, je pense à Systra et Egis, sollicitées dans les secteurs des transports ferrés, et d’autres entreprises spécialisées dans l’ingénierie et la construction d’ouvrages d’art complexes (ponts en zones difficiles d’accès ou barrages).

 

« Notre matière grise se vend plutôt bien et notre image en sort renforcée : la France est retenue pour sa capacité d’ingénierie technique très forte. » Sophie Clavelier


L’engouement pour les véhicules nouvelle génération est également une opportunité pour nos constructeurs automobiles. D’ailleurs, on peut souligner la réussite de la Mission automobile dédiée au véhicule électrique organisée début février en Inde (Chennai et Delhi), à laquelle a participé une vingtaine d’équipementiers français et le groupe Mahindra pour la partie équipement et conception. Notre matière grise se vend plutôt bien et notre image en sort renforcée : la France est retenue pour sa capacité d’ingénierie technique très forte. La Medtech sera probablement au cœur des discussions cette année, en écho au fort développement du tourisme médical qui se développe en Inde.

Enfin, en termes de grande distribution, l’Inde est en train de vivre un développement éclair. Des marques françaises comme Lacoste, L’Oréal, Sephora, Roche Bobois, Louis Vuitton, Hermès, Décathlon y voient de nouveaux relais de croissance. Sans compter le boom du e-commerce !
 

Qu’en est-il de l’attractivité de l’Inde pour la France, en termes d’investissements ?
S.C. : Dans un contexte post-brexit, l’intérêt de l’Inde pour la France, comme porte d’entrée sur le marché européen, est croissant. Infosys technology, un géant de l’informatique, poursuit son développement en France via un partenariat avec le Français CMA-CGM, n°3 mondial du transport maritime. Infosys ouvrira prochainement un centre de développement et d’innovation à Marseille.
En 2017, Cerexagri, déjà présent à Bassens et Marseille, a investi 15 M€ dans la création d’un nouveau site de production à Mourenx, en Nouvelle-Aquitaine. Même les start-up indiennes choisissent la France à l’image de Zify qui s’est implantée à Paris pour y développer son application basée sur l’Intelligence Artificielle.

 

Le mot de la fin ?
S.C : Le marché indien est complexe, mais nous avons les clés pour faire réussir nos entreprises françaises. Entre l’esprit Juggad* indien et nos méthodes françaises, il y a une grande complémentarité. Saint Gobain, Valeo, Cap Gemini s’installent ici en Inde parce qu’il s’y passe quelque chose.
Quelque chose qui pourrait déboucher sur un modèle unique impactant nos deux pays, pour le meilleur !

*un terme indien qui désigne la capacité à trouver des solutions dans des situations extrêmes, un art de la débrouillardise à grande valeur ajoutée !


Vous êtes entrepreneur et avez des perspectives de développement en Inde ? Business France vous propose des programmes d’accélération – comme le French tour 2018 et Smart City Connection Tour –  et plusieurs missions sectorielles phares. N’hésitez pas à télécharger ce calendrier et à prendre contact.


Article réalisé avec notre partenaire Business France

Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter. 

Abonnez-vous à notre newsletter :
Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …