shutterstock_26658262.jpg
Livre

Les territoires français à la page

par

LivreLes territoires français à la page

Référence mondiale et premier événement littéraire de France, le salon Livre Paris attire chaque printemps toujours plus de visiteurs. À côté de ce rendez-vous phare, rayonne sur nos territoires un nombre insoupçonné de manifestations littéraires qui participent à leur attractivité. C’est ce que révèle une étude réalisée par PwC pour le Centre national du livre (CNL).

En quoi l’étude que vous avez menée permet-elle d’affirmer que les manifestations littéraires sont « un acteur majeur de l’attractivité des territoires français » ?

Fabrice Francillon, directeur chez PwC – Ces événements participent au dynamisme culturel et socio-économique local. Ce sont des outils efficaces de marketing territorial, car ils offrent une vitrine pour les acteurs de la filière du livre et leurs partenaires publics et privés, dont ils renforcent les synergies.

Ils viennent aussi concrétiser un enjeu politique fort pour l’accès de chacun à la lecture en engageant, de façon assez systématique, des actions en faveur de l’éducation artistique et culturelle (EAC) et des publics empêchés ou éloignés du livre.

 

Qu’est-ce qui vous a le plus surpris au cours de votre enquête ?

Marguerite Descamps, consultante chez PwC – Le nombre de manifestations littéraires proposées sur les territoires français, jusque dans les villages les plus reculés, ainsi que leur diversité formelle et thématique. Cela témoigne d’un dynamisme et d’une créativité remarquables, qui perdurent dans le temps car ces événements sont pour la plupart installés de longue date.

F. F. – J’ajouterai l’importance de la mobilisation des bénévoles, qui se révèlent des acteurs incontournables de ces manifestations au côté des institutionnels, des librairies ou des bibliothèques.

M. D. – On sent tous ces acteurs animés par une passion commune, l’amour du livre et de la lecture, et une envie de transmettre ce goût aux publics. Ceux-ci le leur rendent bien car ils sont très fidèles à ces événements.

F. F. – Tous ces aspects réunis illustrent bien le fait que l’exception littéraire française est une réalité à laquelle le public et les acteurs de la filière sont attachés.

 

90

C’est le nombre moyen de manifestations littéraires subventionnées, chaque année, par le Centre national du livre.

Quel rôle le salon Livre Paris joue-t-il dans cette dynamique ?

F. F. – Il crée un effet de tête de pont et d’entraînement, d’autant qu’il réserve une place de plus en plus large chaque année à la création éditoriale et littéraire des régions de la France, de l’outre-mer et de la francophonie. C’est à la fois un outil de notoriété et un moyen de susciter l’envie chez certains publics, acteurs de la filière ou même partenaires, d’être plus présents dans ces territoires.

M. D. – Quels que soient l’ampleur et le rayonnement de ces manifestations, elles ont en commun de multiplier les vecteurs d’accès à la lecture : en valorisant des savoir-faire méconnus comme la fabrication d’un journal, en se déplaçant hors les murs, en étant l’occasion de rencontres et de performances, en faisant découvrir un auteur à travers son pays, sa culture, sa musique, sa cuisine… Il s’agit de rendre à certains publics le livre moins intimidant et de montrer différentes facettes du plaisir de la lecture.

 

Pour recevoir toutes nos publications, abonnez-vous à notre newsletter.

Abonnez-vous à notre newsletter :
Intéressé ? Laissez-nous votre email.Nous vous préviendrons dès l’ouverture des candidatures.

Chargement …